La taille de la vigne

L a t a i l l e d e l a v i g n e

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Chez Cévennes Wines, l’activité ne s’arrête jamais.
Toute l’année, une équipe jeune et dynamique prépare la vigne pour qu’elle vous offre le meilleur d’elle-même.
Tout commence par la taille de la vigne….

La taille de la vigne

Après avoir laissé leurs terres se reposer à la suite des vendanges, les vignerons se préparent à la taille de la vigne. Il est vrai qu’après un cycle végétatif – qui a traîné en longueur – et ponctué par la chute des feuilles que beaucoup s’impatientaient de voir arriver, les sols et la vigne avaient grand besoin de repos.

Ce repos fut une première fois interrompu par un léger labour et d’éventuelles corrections de l’équilibre du sol. Etape essentielle et d’une importance majeure, la taille est la première pierre d’une longue série qui amènera le vigneron à construire la réussite de sa future récolte. Revenons ensemble sur l’intérêt de la taille, son origine, quelques principes à respecter et les différents types de taille.

La vigne est une liane forestière qui a tendance à s’allonger indéfiniment ce qui impose la taille ne serait-ce que pour pouvoir circuler dans les rangs de vigne. Une vigne non taillée produit des raisins nombreux, mais petits et acides, donc inintéressant pour la production de vin de qualité. Laisser une vigne sans la tailler provoquerait aussi une irrégularité trop importante dans le volume de récolte. Il faut donc tailler pour conserver le potentiel qualitatif et assurer la pérennité de la vigne.

Une légende associerait l’origine de la taille qualitative de la vigne aux ânes. Ces compagnons de l’Homme, besogneux mais gourmands, ont alimenté de nombreuses histoires au vignoble. En effet, un vigneron aurait observé que les vignes – dont les sarments avaient été mangés et rognés l’hiver par ses ânes – donnaient lors de la vendange suivante les plus beaux raisins ! Il réitéra ensuite l’expérience lui-même et tailla court tous les sarments de son vignoble. Son succès fut fulgurant ! La qualité de ses vins fut telle qu’il devint le marchand de vin le plus prospère de la région, attisant la convoitise de tous ses voisins. Il garda précieusement son secret et devint si riche et occupé qu’il ne trouva plus le temps de prendre soin de ses ânes. Il les vendit au premier venu. Ce curé – qui possédait quelques vignes – récupéra des ânes affamés. Si bien que lorsque les ânes arrivèrent chez lui, ils se ruèrent sur les vignes pour en dévorer les sarments. « Quelle misère » pensa l’homme. C’était sans compter sur l’heureuse surprise qui l’attendait à la vendange suivante. L’homme compris tout de suite le bénéfice de la taille courte et s’empressa de partager son expérience à ses amis vignerons. Le premier propriétaire vit son empire concurrencé et sombra dans la déprime. Les ânes moururent et le curé fit construire une statue sur la place du village en hommage à ces initiateurs de la viticulture de qualité.de la vigne.

Légende des ânes et de la taille de la vigne Tweet

La taille de la vigne va avoir trois grands objectifs :
Former la souche. C’est-à-dire lutter contre son développement en longueur provoquant un allongement exagéré des rameaux de la vigne. En terme technique, on parle de lutte contre l’acrotonie.
Régulariser le nombre et le volume des futures grappes de raisin pour avoir une récolte et une maturation correcte.
Limiter le nombre de bourgeons pour adapter la vigne aux possibilités du milieu pour avoir une vigueur convenable et assurer la pérennité de la vigne. Une taille excessive épuise la vigne.

A quelle période tailler les vignes ?

Théoriquement, on peut commencer à tailler une parcelle dès que celle-ci aura perdu ses feuilles. Cependant, les vignerons qui taillent tôt (Novembre) s’exposeront à des risques de gelée. En effet, plus la vigne est taillée tôt et plus son cycle végétatif – qui commence au printemps par l’éclosion des bourgeons – sera précoce.

Or, les jeunes pousses (pampres) des futurs sarments portent les ébauches des futures grappes de raisins. Ces ébauches tout comme le reste de ces pampres sont très sensibles aux gelées de Printemps qui peuvent annihiler la future récolte. Ces gelées étant plus fréquentes au début du Printemps, il est donc prépondérant de retarder la taille au maximum pour les parcelles soumises à un risque de gelée. Les bourgeons écloront plus tard lorsque les températures plus chaudes limiteront le risque de gelée.

A l’opposé, tailler la vigne alors que certains bourgeons ont déjà éclos n’est pas forcément une bonne idée. On aura dans ce cas une perte de rendement et une diminution de la production de bois car une partie de la sève montante qui amène l’énergie pour que les bourgeons sortent sera perdu dans la partie des sarments que l’on enlève lors de la taille.

Traditionnellement, il était coutume de tailler avec des sécateurs mécaniques à une main ou à deux mains.
Aujourd’hui, l’avancé technologique a apporté aux vignerons des sécateurs électriques avec une batterie portable qui permettent de décupler la force et de tailler à une main.
Le gain de temps et l’abaissement de la pénibilité sont évidents. De plus, l’autre main laissée libre peut tenir les sarments lors de la taille et les tirer ensuite. L’entretien est important et il est parfois nécessaire d’aiguiser la lame plusieurs fois par jour. Tous les jours il faut lubrifier l’articulation du sécateur.

Une grappe de raisin en cours de mûrissement

Comment évaluer l'équilibre de la vigne ?

L’équilibre est fonction de la vigueur. La vigueur se définit par le diamètre et la longueur des sarments à tailler. Plus les diamètres sont gros et les sarments longs, et plus la vigueur est importante et inversement.
Si on remarque une faible vigueur sur le pied de vigne, il faudra réduire la charge, c’est-à-dire tailler court et donc laisser moins de bourgeon que d’habitude.
Si on remarque une forte vigueur sur le pied de vigne, il faudra augmenter la charge, c’est-à-dire tailler plus long et donc laisser plus de bourgeon que d’habitude.

Les principaux types de taille :

Il existe de nombreux styles de taille en France et dans le monde. Les trois principales que l’on retrouve souvent : la taille en gobelet, la taille en cordon de Royat, et la taille en Guyot.

La taille de la vigne en gobelet
C’est une taille courte amenée par les romains. Elle est caractérisée par un tronc plus ou moins haut et des bras en cornes (vieux bois) terminés par un ou deux coursons (bois de l’année dernière et qui correspondent aux sarments à tailler) portant chacun deux ou trois bourgeons.

 

 

La taille de la vigne en Cordon de Royat
C’est une taille courte. Elle est caractérisée par un tronc vertical qui soutient une ou deux charpentes horizontales portant des coursons à un ou deux bourgeons chacun.

La taille de la vigne en Guyot
C’est une taille mixte, c’est-à-dire qu’elle associe taille courte et taille longue. Elle est caractérisée par un tronc vertical qui supporte d’un côté un courson portant généralement deux bourgeons (partie courte) et d’un autre côté une baguette ou long bois (partie longue) qui correspond à un sarment laissé long et qui comporte entre 6 et 8 bourgeons.

 

Source : le blog des vins du Languedoc Roussillon.

Pierre Montel
Pierre Montel

Je vous attend prochainement à la cave afin de vous faire découvrir nos vins. Un pur plaisir cévenol pour un voyage gustatif et olfactif dans notre belle région.